Archive for the ‘Critique’ Category

h1

Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal

28 mai 2008

En tant que fan des trois premiers épisodes, c’est avec plaisir que je me suis rendu dans le cinéma le plus proche afin de découvrir les dernières aventures du professeur Jones. Je ne dévoilerais aucun élément important du film dans cet article, c’est promis.

L’histoire se déroule dans les années 50. Fini donc les affrontements avec les Nazis, maintenant, on est en pleine guerre froide et Indy se bat contre les Russes. Ces derniers sont à la recherche d’un crâne de cristal et d’une cité mythiques et ils ont besoin du célèbre archéologue pour y parvenir. S’en suivra donc une aventure dans toute l’amérique, avec une trame cinématographique finalement proche des précédents opus.

Harrison Ford nous revient ici en pleine forme, accompagné d’un Shia LaBeouf efficace. On retrouve aussi une tête connue des aventures de Indiana Jones : Karen Allen, déjà vu dans le rôle de Marion Ravenwood dans Indiana Jones et les Aventuriers de l’arche perdue.

L’action dans le film est omniprésente, il n’y a finalement pas beaucoup de temps morts. Tant mieux, c’est tout ce que demande le public. On pourra quand même regretter quelques scènes, abusément spectaculaires, qui ne sont qui plus est absolument pas utiles au déroulement du film. Elles n’en sont pas moins distrayantes, on va dire.

On sent également que c’est Steven Spielberg et George Lucas qui sont à l’origine du film. C’est pas un mal, loin de la, mais force est de constater que certains choix du scénario paraîtront assez étrange pour un film d’aventure. Mais après tout, les aventure d’Indiana Jones ne se sont, dans le fond, jamais prises au sérieux et la science fiction a toujours été de mise. Alors pourquoi pas, pourquoi pas…

Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal est donc un bon film d’action, avec une bonne petite dose d’humour. Un divertissement que l’on peut voir en famille.

Publicités
h1

Rush Hour 3 : ma critique

6 novembre 2007

ma critique

Assassiné par la critique professionnelle, mieux accueilli par le public. Au risque de passer pour un demeuré, moi j’ai bien aimé.

Donc, avant de vous proposer mon propre avis de l’oeuvre (oui oui, une oeuvre comme une autre), je vais pousser mon petit coup de gueule. Je regarde rarement les critiques avant d’aller voir un flim (surtout sur le cyclimse), pour la simple et bonne raison que j’ai l’habitude d’aller voir des productions qui sont toujours très mal notées. Mais, étrangement, je suis très souvent satisfait. Rush Hour 3, puisqu’on parle de lui, a récolté pas mal de critiques pitoyables par la presse, suffit de voir le nombre assez conséquent de 0 étoile sur Allociné. Dans la salle de cinéma, on devait être à tout casser 40 personnes et tout le monde riait de bon coeur aux bêtises et péripéties de nos deux gais lurons lâchés dans Paris. Alors, sommes-nous moins intelligents que les journaliste ou attendons-nous autre chose du cinéma ? N’a-t-il pas pour rôle de divertir ? A croire certains journalistes, si on ne verse pas une larme ou si le flim ne nous fait pas réfléchir sur un sujet sérieux, il est forcement mauvais. Drôle d’idée.

Donc, Rush Hour 3 : ma critique ! On retrouve toujours nos deux personnages des anciens opus, à savoir Jackie Chan et Chris Tucker. Tournage en France oblige, le casting comprend son lot de personnalités françaises : Yvan Attal, Noémie Lenoir, Roman Polanski ou encore Julie Depardieu. Le scénario bidon, à base de méchants chinois, est prétexte à un petit voyage à Paris pour une bonne dose de castagne et une paire de situations abracadabrantesques. Forcement, sur le papier, c’est pas joli à voir mais, heureusement pour nous, Jackie Chan est toujours en forme et nous propose des cascades toujours aussi impressionnantes. Chris Tucker, lui, est la pour l’humour et rempli parfaitement son objectif. Certaines situations sont irrésistibles et le tout est très divertissant.

Je suis allé au cinéma dans le but de me divertir, et Rush Hour 3 l’a fait parfaitement. C’est tout ce que je lui demandais.

h1

Skate. sur Xbox 360

5 octobre 2007

SKate. sur Xbox 360 

A l’heure ou une grande partie des joueurs sur Xbox 360 passe le plus clair de son temps sur le « messie » Halo 3, moi, je joue à Skate. Il s’agit d’une toute nouvelle licence créée par le géant Electronic Arts, afin de concurrencer l’excellente série des Tony Hawk’s, dont les titres sont sortis sur toutes les consoles, sans exception, depuis 8 ans. Eh oui, car à part quelques daubes par si par la, aucun développeur n’a jamais vraiment cherché à se tailler la part du gâteau dans le milieu des jeux de skate board. On le sait tous, la concurrence à du bon, et Skate. en ai la preuve vivante ! La ou la série des THPS commence à perdre son souffle (elle est excellente, cela dit ! la dernière démo dispo sur le live me botte bien !), skate apporte son vent de fraîcheur avec une approche totalement différence de la discipline.

N’importe quel joueur arrive en effet à faire des scores ahurissant dans Tony Hawk’s Pro Skater, n’importe qui arrive à enchaîner au moins 2 backflip avec un bon élan, atterrir en manuel et enchaîner 5 grind avant de repartir en manuel pour des combos qui peuvent durer parfois plusieurs minutes, et afficher des scores à 6 voir 7 chiffres… Avec Skate. on oublie le spectacle et on découvre la réalité. Les premiers pas sont très difficiles, il faut vraiment s’accrocher pour prendre en main le jeu et arriver à réaliser ne serait-ce qu’un grind ! Le jeu se joue presque uniquement à l’aide des sticks analogiques. Le stick gauche pour diriger le perso, le stick droit pour maîtriser le skate. Les gâchettes servent pour les grab (tenir la planche). Les différents skateurs professionnels rencontrés au long du jeu nous apprennent toutes les combinaisons possibles et au fur et a mesure qu’on avance, on maîtrise heureusement de plus en plus le jeu. Contrairement à Tony Hawk’s, il n’y a pas de points d’expérience qui s’ajoutent au perso, les progrès sont les vrais progrès de nos pouces !

Les chutes sont nombreuses et une fenêtre nous indique nos blessures : bleus, entorses, fractures etc. Après quelques heures de jeu, j’en ai pas trouvé l’utilité : même avec un traumatisme crânien et les deux chevilles brisées, mon perso skate toujours aussi bien… Mais bon, c’est toujours assez drôle de voir son perso se viander, surtout que le moteur physique est plutôt bien fait ! Il suffit d’ailleurs d’aller consulter les vidéos des joueurs sur le Live pour se rendre compte que les vidéos les plus consultées sont celles des chutes ! N’ayant plus d’abonnement gold depuis quelques temps, je n’ai cependant pas pu tester les défis à plusieurs.

Graphiquement, le jeu est plutôt beau. La plupart des tests sur Internet soulignent le fait que les voitures sont mal modélisées… C’est franchement pas la catastrophe et, entre nous, les voitures dans un jeu de skate on s’en branle un peu, à moins d’avoir envie de passer le plus clair de son temps à skater sur la route, ce qui n’apporte vraiment pas grand chose…

Bref, c’est un bon jeu (super comme conclusion n’est ce pas ?). A noter que le jeu sortira prochainement sur PS3.

h1

Critique de Planète Terreur

29 août 2007

2163-2006-12-28-20_29_31_1024_1.jpg 

Ce soir, c’était apparemment la dernière diffusion du film Planète Terreur au cinéma Kinépolis de Metz ! J’ai pas trop suivi l’actualité cinématographique ces derniers temps, mais pour qu’un film sorti y’a pas deux semaines soit retiré si prématurément de la programmation du cinéma, le nombre d’entrées doit être sacrément mauvais (d’ailleurs on était même pas 20 dans la salle)… M’enfin, personnellement je juge pas un film sur son nombre d’entrées, et Planète Terreur est pour moi l’exemple type. Oui, je donne d’entrée mon avis : j’ai adoré.

Pour la petite histoire, Planète Terreur faisait à l’origine parti de Grindhouse avec son « frère » Boulevard De La Mort. Les deux productions faisaient parties d’une seule séance aux USA, puis séparé en deux pour le reste du monde. J’étais déjà allé voir Boulevard De La Mort en juin dernier et j’étais assez mitigé, pour ne pas dire déçu (voir ma critique). Le film accusait des dialogues bien trop long et inintéressant… Dommage car les scènes d’actions étaient époustouflantes.

Planète Terreur ne fait, lui, pas les mêmes erreurs. L’action est omniprésente et les fans d’hémoglobine et de zombies seront aux anges ! Excellent film gore qui ne fait pas dans la dentelle et ou les parties génitales mutilées, rongées par la gangrène, sont omniprésentes ! Attention les gars, les couilles en prennent pour leur grade !

Le casting est de qualité avec les apparitions remarquées de Danny Trejo (bande annonce de Machette), Tom Savini, Bruce Willis ou encore Quentin Tarantino lui même.

Bref, Planète Terreur est pour moi un excellent film qui plaira à coup sur aux fans du genre. Si vous avez un cinéma proche de chez vous qui le diffuse encore, courez vite le voir avant qu’il ne disparaisse des écrans !

h1

Critique des Simpson : Le Film

30 juillet 2007

 simpson06.jpg

Samedi soir je suis allé voir avec des potes le film des Simpson au cinéma. Et bien que dire de plus si ce n’est qu’il est absolument génial ? Rare sont les films qui m’ont fait autant rire, c’est bien simple on se pisse dessus du tout début (avant même que le film ne commence vraiment !!) jusqu’à la fin. Autant je trouve les dernières saisons de la série de moins en moins bien, autant le film est un vrai chef d’oeuvre. On pouvait craindre que ce ne soit qu’une compilation des meilleurs moment de la série, comme c’était le cas notamment pour Mr Bean, mais il n’en ai rien : les gags des Simpson : Le film, sont pour la plupart inédit. Je ne vous dirais rien de plus, afin de vous laisser la surprise… COURREZ LE VOIR !

h1

Boulevard de la mort : ma critique

20 juin 2007

Ce soir je suis allé avec un ami voir le dernier film de Tarantino : Boulevard de la mort. J’avais lu pas mal de critiques, autant de bonnes que de mauvaises, au sujet de l’œuvre et savais donc un peu à quoi m’attendre. Pour être bref, disons qu’on sort de la salle de cinéma avec un avis assez mitigé.

Les scènes d’actions sont exceptionnelles, les deux premières courses poursuites sont relativement courtes mais d’une grande violence et c’est véritablement jouissif de voir ça sur grand écran. La scène finale est elle aussi absolument géniale, et dure pratiquement 30 minutes. C’est de la cascade non stop avec des voitures de rêves et on ne demande que ça.

Mais le problème, c’est ce qu’il y a entre les scènes d’action, de bagnoles, dont le héros n’est autre que l’excellent Kurt Russell avec ses vannes à deux balles (perso j’adore son humour) et sa voiture démoniaque qui fait directement référence au film Christine. Oui, car le film c’est également au moins une heure de dialogues de nanas. Entre nous, leurs problèmes de sexe, on s’en branle, et quant les dialogues deviennent trop long, on attend qu’une chose : que Stuntman Mike entre en jeu, car c’est en lui que réside tout l’intérêt du film. Personnage dont on ne sait finalement pas grand chose si ce n’est qu’il est complètement barjo. Heureusement que les actrices sont carrément bonnes et que les plans de caméra sont si bandants, car on aurait plus d’une raison de s’endormir lors des trop nombreux dialogues inintéressants.

Pas mon Tarantino préféré, mais pas non plus celui que j’aime le moins.